Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 20:10


Dans le Nord, il était d’usage au temps jadis, de gratifier les habitants des communes d’un sobriquet. Si ferrière la grande est le pays des Agons ( voleurs) les Roséens se sont vus doter d’une appellation pour le moins originale : les Baudets de rousies.

Désireux d’en savoir plus, j’ai pris mon bâton de pèlerin et suis parti enquêter dans la commune Roséenne. Une fois sur place, j’ai longuement interrogé les anciens, consulté les archives, questionné les services municipaux, mais le peu de réponses collectées ne suffisaient pas à étancher ma curiosité. Je retournais donc chez moi en marchant le long des prés qui séparent Ferrière la grande, de Rousies, Quand…

- Vous m’avez l’air bien pensif !

Qui donc me parlait ainsi ? Je me retournai et ne vis personne. Seul un vieil âne me regardait en agitant les oreilles.

- Je sais ce qui vous tracasse, dit la voix, et je peux vous en dire plus long.

Vous me croirez si vous voulez, mais celui qui s’adressait ainsi à moi était ce vieux baudet.

- Vous parlez ? Lui dis-je tout étonné.

- Cela m’arrive, répondit-il, Mais uniquement aux personnes capable de m’entendre.

Je m’assis alors à son côté et il me conta la véritable histoire des baudets de Rousies.

- Nous étions au moyen-âge et le seigneur de Beaumont, soucieux de la bonne gestion de ses terres avait demandé qu’à Rousies soit élu Mayeur (maire) et échevins. Des avis avaient été placardés aux quatre coins du village donnant aux candidats rendez vous sur la place. Au jour dit, le représentant du seigneur vint à Rousie et, assis sur un banc, attendit les prétendants. En vain, car toute la journée passa sans que personne ne se présentât. Il revint donc le jour suivant, puis celui d’après, sans plus de chance. Les habitants de Rousies, peu désireux d’endosser pareille responsabilité, évitaient avec soin l’endroit où l’homme les attendait.

Le seigneur de Beaumont en conçut une grande colère. Comment ! On osait lui résister en déclinant sa demande. Il convoqua sa garde et sur le champ se rendit à Rousies. Sur la place la population fut rassemblée, on forma un cercle à l’aide de ballots de paille et on y fit asseoir tous les bourgeois du village.

- J’exige, déclara le seigneur, que le plus sage d’entre vous se présente dans le cercle et qu’il désigne celui à qui reviendra la charge de maire.

Il venait à peine de prononcer ces mots que l’on vit un âne qui, ayant reconnu son maître, traversa le cercle et se mit à brouter le ballot de paille sur lequel celui-ci était assis. Le seigneur se mit à rire.

- S’il s’agit là du plus sage d’entre vous je ne peux que m’incliner et nommer la personne ainsi désignée.

- Voilà, me dit l’âne, c’est ainsi que fut élu le premier maire et que naquit la légende des baudets de Rousies telle que me l’a racontée mon père qui la tenait lui même de son grand-père.

Ravi de connaître enfin l’origine de cette légende, je remerciai l’animal et insistai pour savoir par quel prodige celui-ci parlait. Il se terra dans un mutisme complet tout en continuant de me regarder en oscillant des oreilles.

Peut-être avais je rêvé, à moins que dans sa sagesse le vieil âne ait préféré garder son secret.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Renard 20/10/2009 20:34


Excellent, j'aime cette histoire un peu magique avec l'âne qui parle...
Merci à toi et bonne soirée 


Présentation

  • : Penn Bazh bâton Breton
  • Penn Bazh bâton Breton
  • : Les Bretons brandissaient leurs terrible penn-bazh ! Je ne sais plus de quel ancien livre j'avais tiré cette phrase mais ce fut le début d'une belle aventure.
  • Contact

Recherche